La photo partagée par Alessandra Sublet sur laquelle elle pose avec son beau gosse n’a apparemment pas captivé tous les internautes.

En effet, ledit cliché a engendré, un lot de critiques qu’a reçu la ravissante brune. Pour cause, l’écart d’âge entre l’animatrice de TF1 et son amoureux Jordan. Cependant, qualifiée de « cougar » sur la toile, Alessandra Sublet n’a pas rétorqué à ces commentaires. C’est son amant qui s’est lancé à cet exercice. « Et mais on dirait moi quand j’étais jeune », a-t-il poste en commentaire.

Fini les cachoteries, en légende d’une publication qui servait certainement à officialiser son histoire avec Jordan Deguen, l’animatrice a posté « We call it love » (nous appelons ça l’amour). Un temps avant, elle postait une story sur le même réseau social, affichant son amant coiffé à l’indienne au rythme de My boy, une chanson de Billie Eilish.

En fait, la maman de 43 ans s’est confiné avec son ex-mari, le producteur Clément Miserez, dont elle est restée complice. En effet, ils sont faits six ans de mariage et ont eu deux enfants, Charlie âgée de 8 ans et Alphonse, 6 ans. « Dans une séparation, quand ni l’un ni l’autre ne part pour quelqu’un d’autre, quand il n’y a ni tromperie ni trahison, que chacun gagne sa vie, le divorce a plus de chance de réussir. Il nous a fallu quand même six mois pour trouver le bon équilibre », confiait-elle…

Bien qu’elle prenne plaisir à passer du temps avec ses enfants, Alessandra Sublet avait tout de même hâte de retrouver son nouvel homme « Si je suis sincère et transparente, [la première chose que je ferai], aller voir mon chéri dans le Sud ! », avait-elle conformait aux confrères de Télé Star au sujet de Jordan….

Par ailleurs, à l’époque, l’animatrice avait fait savoir qu’il était plus jeune
qu’elle. Si les cybernautes à ce temps-là n’avaient pas tant commenté l’information, ce ne fut le cas en voyant le cliché du jeune Jordan publiée ce mardi 11 août. Mais Alessandra Sublet qui précisait à Gala avoir « besoin de temps » sur le plan sentimental a expliqué sa démarche.

« Je ne changerai pas cette jolie vie de maman et tout ce qui va avec mais ma vie de femme, c’est autre chose.

Qu’il soit bon d’être libre dans sa tête et de s’affranchir du regard des autres », confirme-t-elle, en poursuivant « c’est tellement important d’être à fond ce que l’on est, même publiquement. Et si ça peut aider d’autres femmes à vivre leurs histoires librement, alors tant mieux ».