Amel Bent s’est séparée de Patrick Antonelli alors que ce dernier fait actuellement l’objet d’une enquête pour corruption et blanchiment. Ce sont les informations étonnantes qui s’affichent dans l’édition de ce vendredi 26 juin du magazine Public.

Malgré les défis, ils semblaient attachés. Bien que son mari, Patrick Antonelli, soit actuellement jugé pour corruption et blanchiment, Amel Bent est resté fidèle à son homme. Elle est son premier avocat.

Ainsi, le magazine Public fait des révélations choquantes dans son numéro de ce vendredi 26 juin. La source a pu assister au procès devant le tribunal correctionnel de Nanterre de l’ancien directeur d’auto-école accusé de permettre aux clients aisés, dont quelques acteurs, de recevoir leur permis de conduire sans avoir à passer les tests.
Et, lors de l’audition de Patrick Antonelli le 17 juin, une information a remis en cause le magazine. Lorsque le président du tribunal demande à Patrick pourquoi il a déposé une déclaration de revenus différente de celle d’Amel Bent, le mari de Amel répond: « Parce que nous avons divorcé ». « Amel Bent séparée de son époux » ; c’est un commentaire impressionnant alors que la chanteuse continue d’exprimer son amour pour le père de ses deux filles sur Instagram. Le lundi 15 juin, la chanteuse a aussi affiché des photos originales de son mariage pour commémorer leur mariage en bois, qui célèbre 5 ans de relation : « Il a divorcé à l’amiable l’an passé ».

Cependant, cette séparation parait confirmée juste après et détaillée par l’avocat de Patrick Antonelli durant ses plaidoiries.

L’avocat de la défense a confié que : « Le procureur a requis une forte amende contre mon client, alors qu’il a déjà été condamné l’an passé pour fraude fiscale à verser plusieurs centaines de milliers d’euros. Une somme qu’il n’est pas en mesure de rembourser. (…) Et comme vous le savez, il a divorcé à l’amiable l’an passé. Car ce n’est pas à sa femme de payer ».

Cette séparation serait alors un outil pour Patrick Antonelli de protéger la fortune d’Amel Bent. Quiconque est devenu entraîneur sportif ne serait pas en mesure de payer ses amendes précédentes, ni les 150 000 euros demandés par le procureur dans cette nouvelle accusation, selon ses avocats. Or, en cas de non remboursement, c’est sa femme qui devra payer ces grands montants. Donc un divorce va résoudre cette problématique.

 

View this post on Instagram

🗣

A post shared by Amel Bent (@amelbent) on