Anne-Sophie Lapix est relaxée actuellement, après une année compliquée où elle a été collante avec les critiques. Elle avait été fortement attaquée en plein crise sanitaire, notamment après son entretien avec France 2.

 « En pleine crise du coronavirus. J’ai reçu un torrent de bouses sur les réseaux sociaux », confirme dans Le Parisien la blonde qui s’était obligée de suspendre son compte Twitter pour un certain moment.

« Dans ces conditions, c’est compliqué de couper son interlocuteur. On se sent un peu coincé. Avec le décalage du son, ce n’est jamais un exercice facile, ni pour l’un ni pour l’autre », ajoutait la journaliste par rapport à l’entretien avec le premier ministre effectué en duplex. Elle « préférer travailler que de ronger son frein ».

Les environnements de travail ont déjà connu des améliorations à la suite de la pandémie du Covid 19 qui a imposé de nouveaux comportements aux employés. L’article a continué à rapporter une grande partie de l’actualité pendant vingt minutes pour éduquer davantage les Français pour répondre à toutes leurs préoccupations.

A partir de ce moment, Anne-Sophie Lapix a récupéré son souffle. Elle présente une forme améliorée. En dehors de cela, cette pause ne fera que soutenir et améliorer les résultats. On prétend qu’Anne-Sophie Lapix est à Saint-Jean-de-Luz d’où elle a partagé une photo qui serait la sienne. Pour elle, peut-être le premier cliché de la saison.

« Première straccia de la saison. On commence ‘‘modeste’’ », ‘‘glaceslopez’’ », a publié Sophie Davant qui, « pour décompresser, elle enchaîne dès le matin les longueurs dans la piscine, avant de défier les vagues en bodyguard ». « Une sportive accomplie », confirme le magazine.

 Dernièrement, la journaliste était à l’affiche pour une nouvelle. Le 19 juin dernier, elle a publié un « Joyeux anniversaire Esteban #monbébéa18ans ».  

Cependant, la journaliste Anne-Sophie Lapix ne veut pas donner de ses détails personnels : «Je n’ai pas l’impression que poser avec mon mari ou mes enfants serve mon travail. Quand on est journaliste, on informe le public sur les autres, sur le monde. On n’ouvre pas la porte à son intimité », confirmait-elle.

Elle a conclu par dire que : « Je les élève avec une seule méthode : le chantage ! Il n’y a que ça qui marche. Mes fils, dont l’aîné est un ado, ne sont pas très sages, mais ils respectent mon autorité. C’est déjà pas mal ! Je suis assez ferme, mais on plaisante énormément, l’autodérision est essentielle, cela sauve de tout ».