Abattue par le décès de Samuel Paty, professeur de collègue, assassiné par un terroriste russe de 18 ans, Brigitte Macron ne peut qu’approuver le commentaire guerrier du chef de l’État. Plus question de composer avec le terrorisme et l’islamisme radical.

Alors, ce commentaire en petit comité du président de la république est relayé par le dernière parution du Canard Enchaîné.

« » L’ennemi est clairement identifié. Il veut notre mort. Nous allons donc livrer un combat à mort », a-t-il lâché.

Et à l’époux de Brigitte Macron d’ajouter : « La République est une bonne fille, mais elle ne se laissera pas violer ».

Brigitte Macron est visiblement affectée par la mort de Samuel Paty, qui a exercé le même métier qu’elle.

Alors, elle lui a rendu un dernier hommage dans une lettre colorée d’émotions.

Aujourd’hui avec vous nous sommes tous Profs », note l’épouse du chef de l’Etat, qui a pu participer à la cérémonie organisée à la Sorbonne.

« C’est transmettre et anticiper, préparer les cours avec une attention particulière, parce que chaque leçon est importante ; C’est entrer dans une classe et s’y sentir à sa juste place ; C’est repérer une lueur que l’on a pu allumer dans les yeux des élèves, c’est aussi remarquer quand ils décrochent et aller les récupérer ; C’est être heureux quand vous les avez fait réagir à ce qui vous émeut ; C’est avoir de l’ambition pour eux et leur ouvrir les portes car celles de l’esprit et de la connaissance sont infinies ; C’est développer leur esprit critique pour les rendre libres », a par ailleurs note Brigitte Macron.