Avec le lancement de son nouvel opus « Grand Prix » sur le marché de disque, Benjamin Biolay, se livre comme jamais. Il aborde ainsi pour la première fois le sujet relatif à sa fille qui habite en Argentine. Trouvez les détails dans les lignes qui suivent.

« Grand Prix » est le nouvel album de Benjamin Biolay. Acclamé par la critique, il sortira vendredi 26 juin. Le musicien a choisi de dédier cet album au pilote de Formule 1 Jules Bianchi, décédé après un accident survenu en 2014 lors du Grand Prix du Japon.

En effet, le nouvel album de Benjamin Biolay s’intitule « Grand Prix ». Félicité par la critique, il sera disponible vendredi 26 juin. Cet artiste a décidé de dédier cet album au pilote de Formule 1 Jules Bianchi, décédé des suites d’un accident survenu en 2014 lors du Grand Prix du Japon. Il lui a d’ailleurs, rendu un bel hommage notamment sur Instagram. Cependant, mercredi 24 juin, l’artiste était l’invité de « C à vous » sur France 5. Il est revenu sur son appel lancé au ministre de la Culture Franck Riester mais aussi sur les thématiques traitées dans son opus. Ce grand passionné de course automobile aborde ainsi le sujet de sa fille dans une des chansons. Il s’agit d’une fille qui reste en Argentine comme il l’a expliqué dans une interview accordée à Paris Match. Jusqu’à présent on ne lui connaissait qu’une fille, qu’il a eue avec Chiara Mastroianni en avril 2003.

« JE NE SAIS PAS QUAND JE POURRAI ALLER VOIR MA FILLE »

Soulignons que Benjamin Biolay passe en effet beaucoup de temps à Buenos Aires, la capitale. Il révèle y vivre « un tiers de l’année ».  « J’ai un appartement à Buenos Aires, une famille », confie-t-il. Rappelons que l’argentine est en pleine confinement. Alors, Benjamin Biolay en tant que père est touché par cette situation. « À cause du confinement je ne sais pas quand je pourrai aller voir ma fille là-bas », explique-t-il à Paris Match. Il a par ailleurs indiqué qu’il s’exprime rarement sur la famille qui l’a de l’autre côté de l’Atlantique car il veut « prouver qu’on pouvait protéger sa vie privée. Si on ne publie pas de photos de la table d’accouchement sur Instagram, personne ne le sait. Même encore aujourd’hui, c’est possible. Et c’est ta responsabilité ». Nous n’en saurons pas plus…