La première dame n’est pas une fonction officielle à proprement dire, vu qu’elle ne découle pas d’une élection directe par le peuple. Ce la n’en réduit pas moins ses responsabilités et son importance. Brigitte Macron le confirme, et souffre d’une pression énorme à chacune des ses visites officielles.

 

[irp]

 

La femme du président prépare chacune de ses missions avec le moins détail, comme en témoigne sa visite très suivie au Vatican. La revue « Ici » avait donné les détails sur la préparation.

Pour éviter tout dérapage humiliant, l’ex-professeure de français passe des journées voire des semaines à réviser des fiches minutieusement préparées à propos de chaque voyage qu’elle fait dans le cadre de sa fonction. Elle veut à chaque fois savoir le maximum sur le pays, son histoire mais aussi ses personnalités.

Elle arrive parfois à livre des bouquins entiers sur sa destination. Par exemple, lors de sa visite aux Saint-Siège, Brigitte Macron a lu tout ce qui lui était disponible sur le sujet, comme elle l’affirme fièrement dans sa biographie.
Pour revenir au Vatican, elle avait assuré s’être très bien documentée à propos du Pape François. Tout comme elle avait adoré découvrir les « relations entre le Vatican et l’Italie ».

 

[irp]

La première dame serait d’ailleurs aujourd’hui un véritable monstre de culture générale. A quand sa participation à Questions pour un champion.