Brigitte Macron n’a jamais su tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Elle n’a pas hésité à traiter un ministre de traitre, après le départ de ce dernier. L’ex-ministre ouvre enfin son cœur.

Il s’agit de Nicolas Hulot dont la première dame aurait mal pris la démission annoncée à la radio. Elle l’a qualifié de traitre, selon les propos délivrés par Ava Djamshidi et Nathalie Schuck dans « Madame la présidente », édité chez Plon.

Nicolas Hulot se justifie dans « D’un monde à l’autre. Le temps des consciences » (éd. Fayard), écrit avec le philosophe Frédéric Lenoir.

Il s’est également confié au magazine « Paris Match », où il a annoncé qu’il se sentait humilié par le chef de l’État, mais aussi par Christophe Castaner.

Emmanuel Macron et Christophe Castaner lui avait demandé de lire, « sous sa mine hilare, un discours préparé par des conseillers ». Il s’est senti totalement humilié et pris au piège.

« Un mauvais souvenir que je n’oublierai jamais. J’étais anéanti, fou de rage, et je ne savais plus quoi faire. J’ai crié à mon cabinet : Plus jamais ça ! » a-t-il annoncé.