Selon les rumeurs qui circulent sur la Toile, il y a quatre ans passés, la femme du prince Albert de Monaco, Charlène de Monaco avait paraphé un angoissant ! Dieu merci pour elle, ledit contrat est déjà arrivé à terme. Un gros sacrifice.

En effet, le type de cette « entente » est révélé par le média espagnol Vanitatis El confidencial, qui a consacré sa Une au couple princier à l’occasion de son neuvième anniversaire de mariage. Des belles photographies ont été balancées sur la Toile. Et des moins belles comme sur lesquelles on perçoit l’ex-nageuse affichée une allure triste le jour de son mariage. Et le jour question que la première femme de Monaco avait été surnommée de princesse triste.

Cela dit, le média espagnol dévoile une piste à cette attitude mélancolique, celle de la signature d’un effrayant contrat, celui d’abdiquer à ses droits sur la garde des enfants en cas de malheureuse séparation.

« Le mari doit protection à sa femme, la femme obéissance à son mari. La femme est obligée d’habiter avec le mari, et de le suivre partout où il juge à propos de résider. », est-il évoqué.

Et dans la possibilité d’un divorce, les jumeaux Gabriella et Gabriella, iront avec leur père à Monaco.
Ce bail aurait expiré le 1er juillet 2016, et cela n’a pas dérangé Charlène de Monaco de rester fidèle à son époux. Un changement semble s’être avoir lieu dans leur relation ces derniers temps. Charlène et Albert de Monaco s’affichent plus complices que jamais.