Charlène de Monaco ne serait sous-estimée depuis son mariage avec le prince Albert II. Mais elle aurait eu l’occasion de réparer cette injustice.

La sportive n’aurait pas été accueillie comme il le faut au sein de la famille princière monégasque. La princesse Caroline, l’aînée du prince Albert, n’aurait apprécié notamment sa belle-sœur. D’autant plus qu’on la considérer stérile. Mais avec la naissance de ses jumeaux, Jacques et Gabriella, Charlène de Monaco a eu l’occasion de faire taire tous ses détracteurs.

Depuis la naissance de ses jumeaux également, la princesse s’est réelement investie dans son rôle au sein de la famille princière. «Plus sûre d’elle qu’elle ne l’a jamais été, elle avance tête haute, décrochant des flèches à ceux qui l’ont dédaigné», a commenté le magazine Paris Match qui mentionne, dans sa parution ce 27 août, l’arrivée de Charlène Wittstock au palais du Rocher qui fut loin d’être un conte de fée.

«Dans des appartements où, sans amis ni moyens propres, elle passe des heures à attendre ce prince (…) Et sourit quand elle le voit, c’est-à-dire rarement», indique Paris Match. «Monaco est un village peuplé de requins et de vipères », aurait un jour déclaré la sportive olympique qui va connaître des commentaires déplaisant
Le plus dur c’est qu’ils venaient des membres de sa belle-famille. « Quelques-uns seulement se sont montrés hostiles à mon égard, rejetant ainsi le choix du souverain… Cela l’a atteint et blessé autant que moi-même », révélait Charlène de Monaco en 2015 à Paris Match. Dans ses propos, la princesse Charlène aurait particulièrement mentionné sa belle-sœur, Caroline de Monaco, avec qui la relation n’est pas vraiment bonne.

Et dans sa dernière parution, le magazine s’intéresse particulièrement à l’ainée des Grimaldi. « Caroline de Hanovre, qui fait figure de première dame depuis la disparition de sa mère, cache à peine son dépit », a indiqué Paris Match. « Ses regards glaçants font frémir Charlène, comme si, racontera-t-elle un jour à une proche, une petite voix lui susurrait ce que Caroline semble alors penser tout bas :

‘You will never make it’ (‘Tu n’y parviendras jamais’) », a ajouteé la publication.

«Je suis peut-être une petite paysanne sud-africaine, mais je sais lire à travers les gens», aurait déclaré l’ancienne nageuse selon Paris Match qui a ressorti de vieilles images. Ainsi, comme le rappelle Gala dans sa version numérique, «l’épouse du prince Albert à dû faire face à ‘des commérages blessants’ durant ses premiers pas parmi les Grimaldi ».