C’est son complice et guitariste, Michael Jones qui a annoncé cette triste nouvelle via Twitter :

« Bon vent Claude, tu vas nous manquer. » C’est par cette phrase que Michael Jones, le guitariste et complice de Jean-Jacques Goldman, a annoncé la mort de Claude Le Péron ce mercredi 24 juin. Michael Jones a également partagé un cliché où il posait, aux côtés du défunt bassiste avec un commentaire assez poétique : « C’était la fine équipe, mais le bassiste a été transféré vers le ciel… »

Une véritable amitié qui a commencé en 1983 sur le plateau de Champs-Elysées

En effet, Claude Le Péron a tiré sa référence à l’âge de 72 ans. C’était 1983, qu’il avait fait connaissance l’interprète avec l’interprète de Quand la musique est bonne sur le plateau di divertissement Champs-Élysées, présenté par Michel Drucker. Depuis cette époque, Jean-Jacques Goldman et le bassiste ne se quitteront plus. Claude qui vit à Nantes, partira sur les routes et dans les studios pour accompagner Jean-Jacques Goldman de 1985 à 2002, jouant notamment sur les tubes Je te donne et Peur de rien bluesavec Goldman ». On n’a même pas l’idée de ne pas faire une tournée

« On n’a même pas à l’idée de ne pas faire une tournée Goldman »

« Y en a qui disent qu’on est dans l’ombre. Moi je ne trouve pas. On est plutôt dans sa lumière. C’est lui qui nous éclabousse un petit peu (…) On sait qu’à chaque fois, il va y avoir un truc extraordinaire. On a vraiment envie d’y aller ! Si on ne fait pas on sait qu’on va passer à côté d’un truc énorme ! On n’a même pas à l’idée de ne pas faire une tournée Goldman », témoignait Claude Le Péron en 2003, déclarant sa fidèle amitié et son admiration pour JJG. Avant sa rencontre avec Goldman, le bassiste avait aussi travaillé avec Laurent Voulzy et Alain Souchon.

Le tendre message de son fils

Le fils de Claude Le Péron a également tenu à témoigner sa tristesse sur les réseaux sociaux.

« Salut mon PAPA. Tu as été si fort, si courageux et dans ta vie si géniale, je ne perds pas qu’un Papa mais mon meilleur ami mon confident. Merci de tout ce qu’on a partagé ensemble. Que vais-je faire sans toi. Je t’aime. Ton gui’llome ton bonhomme », écrit-il sur son compte Facebook.