Acerbe envers le président de la République, Jean-Marie Bigard a pourtant reçu une aide importante de sa part en pleine pandémie de la covid-19. En effet, c’est dans les colonnes de L’Obs qu’il l’a déclaré. Emmanuel Macron se focalise sur les figures « populaires », précisait le magazine Gala. «

Entre un Bigard, un Zemmour ou un Philippe de Villiers à qui Emmanuel Macron a promis la réouverture du Puy du Fou, ndlr), il y a un lien : la France populaire », a précisé un conseiller auprès des confrères du Monde. « Il sent la marmite qui bout, tente de reconquérir ces gens-là, même en transgressant », a pour sa part examiné le sondeur Jérôme Fourquet.

« Pendant le confinement, Emmanuel Macron a trouvé un rendez-vous médical urgent à l’hôpital Beaujon pour ma belle-mère, qui présentait des signes de la Covid », révèle Jean-Marie Bigard. Une aide que ce dernier a beaucoup aimé, mais qui ne l’a pas persuadé d’arrêter sa campagne présidentielle. En effet, il y a peu pourtant, poussé par des potes, Jean-Marie Bigard a mis fin à cette aventure.

En effet, l’humoriste, qui a à maintes fois confirmé vouloir se présenter à l’élection présidentielle qui doit avoir lieu en 2022, vient de renoncer à cette idée. Sur CNews, il a révélé avoir souhaité suivre les avertissements de ses amis : « Je me retire sous la pression de mes amis, c’est-à-dire Laurent Baffie, Laurent Ruquier, Patrick Sébastien, et ma femme, qui n’est pas ma meilleure amie mais qui est la femme de ma vie », informe-t-il.

« J’ai été convaincu par tous mes amis que je serai beaucoup plus efficace, et certainement beaucoup plus dangereux d’ailleurs, pour ces gens-là, en étant drôle plutôt qu’en colère. Donc je me retire vraiment avec joie. Je suis trop sensible pour ça, je ne peux pas aller sur le terrain avec des crabes qui puent, je veux rester libre ! », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, trompé par l’accueil violent qui lui avait été accordé par les Gilets jaunes, il y a quelques semaines, Jean-Marie Bigard a résolu complètement de tout stopper. De quoi réjouir sa compagne Lolo. Je lui ai dit : « C’est un grain de semoule dans le couscous de ce que tu vas vivre en politique », relatait-t-elle dans les colonnes de L’Obs.

Comme artiste Jean-Marie Bigard n’a pas l’habitude d’avoir devant lui des personnes qui le vilipendent. Et même s’il reste un agitateur qui ne résiste pas à l’idée d’appuyer là où ça fait mal, il n’a pas absolument le désir de passer de l’autre côté de la ligne. En effet, l’humoriste va donc continuer à exprimer son opinion sur l’actualité, mais sans plus d’ambition politique.