Ce n’est pas par hasard que le nouvel opus de Benjamin Biolay est titré « Grand Prix ». Il est dédié au défunt jeune pilote français Jules Bianchi.

C’était un dimanche 5 octobre 2014. Le fameux pilote Jules Bianchi court pour Marussia en Formule 1. Le jour en question, il prenait part au Grand Prix du Japon à Suzuka.

Cependant, il avançait sans problème dans sa course, le pilote français de 25 ans perd soudainement maitrise de sa voiture et va s’en tout droit heurter un engin de levage en train de dégager la voiture de l’Allemand Adrian Sutil qui a fait une sortie de piste. Et cet accident était pratiquement sa fin ! Car le coureur français mourra en juillet 2015, à Nice.
Signalons qu’il a passé près d’un an dans le coma avant de périr. En guise de rappel, Durant sa carrière, il aura couru 34 Grand Prix.

UN HOMMAGE APPUYÉ SUR INSTAGRAM

Cette histoire du destin tragique de ce pilote français a profondément touché Benjamin Biolay qui lors d’une interview passée avec le magazine Femina, le chanteur a fait savoir être un inconditionnel de course automobile. « Le rêve serait d’avoir une formule 1 que je mettrais dans mon garage pour la regarder comme s’il s’agissait d’une sculpture de Rodin », avoue-t-il. Alors, son neuvième album porte d’ailleurs le nom « Grand Prix » et ce n’est pas pour rien.

« J’ai composé le titre Grand Prix après avoir appris la mort du pilote Jules Bianchi, que j’adorais. C’est ma peine que j’exprime », précise l’intéressé. « Et quand je chante, dans ce titre : « J’étais un petit Français qui rêve sa vie », je parle de lui, mais le petit Français qui rêve sa vie, c’est quand même moi », ajoute-t-il.

Sur sa page Instagram, le chanteur a rendu un bel hommage au pilote en postant une photo de lui légendée : « Jules Bianchi, l’ange foudroyé. L’album grand prix lui est dédié. Mille pensées pour sa famille et ses proches. »