Après la mort de Michou en janvier dernier, des critiques crient à sa nièce, accusée de ne pas avoir honoré ses dernières envies. Dans un entretien avec France Dimanche, cette dernière a essayé de se défendre.

À l’âge de 88 ans, Michou est mort le 26 janvier, Michel Catty, l’emblème des nuits parisiennes, avait tout préparé pour sa succession et, surtout, avait laissé des instructions très précises sur le sort de son célèbre cabaret.

« Le cabaret ne me survivra pas », indiquait-il dans son livre Michou, prince bleu de Montmartre. « Lorsque j’aurai tiré ma révérence, je souhaite que mon cabaret ferme définitivement ses portes », confirmait-il auparavant.

Soudainement cependant, nous avons en fin de compte appris peu de temps après la mort de Michou que le projet continuerait d’exister. Beaucoup ont accusé sa famille, précisément sa nièce Catherine Catty, de ne pas avoir rempli ses derniers souhaits.

La nièce de Michou tenait à dévoiler la vérité dans un entretien accordé au magazine France Dimanche, convaincue que de nombreux artistes et habitués du cabaret ont exprimé leur désir de voir le spectacle se poursuivre.

Les Michettes étaient était à l’affiche devant un public enthousiaste le soir des funérailles. Surtout, Catherine Catty a indiqué que Michou avait envoyé un régal à ses ouvriers en leur donnant les clés du cabaret :

: « Il avait écrit, avant son départ, à tout son personnel : La poursuite du cabaret dépendra de vous tous et de votre détermination à continuer ce merveilleux spectacle, à maintenir la magie ».

Pourtant, la nièce de Michou a aussi confirmé que la révélation du testament de son oncle a contenu des informations inattendues :

« On a découvert qu’il n’avait laissé aucune volonté au sujet son héritage », a-t-elle mentionné. Catherine et sa mère, la sœur de Michou, ont alors dû faire un choix. Pour payer les droits de successions conséquents, elles ont été obligées d’organiser une énorme vente aux enchères. « Ce n’est pas de gaieté de coeur, croyez moi, mais on n’a pas le choix, c’est notre seul espoir de garder le cabaret ! », a-t-elle indiqué. Le futur du fameux cabaret n’est pas en risque alors !