Ce lundi 22 juin, France Inter recevait comme invitée principale Sara Forestier. En effet, la comédienne a saisi cette occasion pour se confier à propos des maltraitances conjugales dont elle a été victime par le passé. Ci-dessous se trouve les détails.

En effet, c’est en mars dernier que Sara Forestier avait tristement révélé sur le plateau de « C à Vous ». Victime de violences conjugales par le passé, la comédienne a fait savoir à Anne-Elizabeth Lemoine qu’elle a accepté le rôle dans le film « Filles de joie » en raison de tout ce qu’elle a vécu.

Son témoignage sur tout ce qu’elle a vécu à propos de violences conjugales

« Il se trouve qu’à ce moment-là j’étais avec un garçon qui m’a frappée et le personnage vit les mêmes choses…Il y avait des choses comme ça dont j’avais envie de témoigner qui sont ces choses qui ne sont pas forcément visibles. C’est-à-dire qu’en fait l’emprise, le sujet de l’emprise c’est un sujet extrêmement complexe. Ce qui s’est passé dans ma vie et que je trouve très juste sur l’emprise c’est que quand on se construit dans la vie on met une certaine limite de notre dignité. Et quand on a une intrusion de violence, c’est une réelle intrusion et ça met une forme de chaos dans son rapport à soi-même, le rapport à sa dignité, le rapport à l’autre et où on place les limites ».

Cependant, le film « Filles de joie » sore disponible au cinéma ce lundi 22 juin, alors Sara Forestier a fait de nouvelles révélations au micro de France Inter.

« ÇA AIDE ET ÇA SAUVE DES GENS DE PARLER »

Face à Léa Salamé, la comédienne a souligné que son expérience personnelle lui a été importante pour le tournage :

Son verbatim…

« Quand j’étais adolescente, j’ai une amie qui s’est faite taper par son conjoint, et je n’ai pas su réagir. Ensuite ce sont des sujets qui sont un peu apparus dans la société, on en parlait de plus en plus, et puis moi quand ça m’est arrivé j’ai commencé à avoir des bons réflexes. Je n’ai pas porté plainte tout de suite mais j’ai été à l’hôpital faire des constations des lésions, qui m’a permis d’avoir des preuves pour pouvoir porter plainte contre ce garçon ».

Par ailleurs, Sara Forestier constate que le silence est la meilleure arme utilisée par les bourreaux. Néanmoins, la comédienne soutient que la liberté d’expression autour des violences conjugales est importante :

« Ça aide et ça sauve des gens, de parler. J’aurais une amie dans la même situation, je l’emmènerais faire des mains courantes parce que je sais que ça sert à quelque chose (…) je lui dirais qu’elle peut aussi aller voir un médecin pour faire des constatations. Les féministes ne mettent pas en danger la justice, on fait partie de la justice (…) c’est la société qui fait évoluer les lois »